Santé

E-cigarette… un catalyseur de sevrage tabagique ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Saviez-vous que près de 60 % des fumeurs réguliers disent vouloir arrêter la cigarette ? Si vous en faites partie, vous vous posez certainement des questions sur le meilleur moyen d’y arriver, d’éviter les rechutes frustrantes et d’embrasser enfin une vie sans nicotine. Il est aussi probable que vous ne soyez pas étranger à la cigarette électronique, l’un des substituts nicotiniques les plus efficaces en matière de sevrage tabagique depuis son invention, au début des années 2000. Découvrez comment vous pouvez arrêter de fumer grâce à l’e-cigarette !

Cigarette électronique : de quoi s’agit-il ?

Egalement appelée vaporette ou vapoteuse, l’e-cigarette est un dispositif électronique qui génère une vapeur destinée à être inhalée. Plutôt que de brûler du tabac, la cigarette électronique va plutôt chauffer un e-liquide aromatisé. Cette vapeur, ou aérosol, est visuellement identique à la fumée produite par la combustion du tabac. La cigarette électronique a fait son apparition en France concomitamment au tour de vis réglementaire eu égard au tabagisme dans les lieux publics en 2007 et 2008. Le fonctionnement de la cigarette électronique est assez simple. Actionnée par l’utilisateur qui appuie sur un bouton ou par simple inspiration (pour les modèles automatiques avancés), l’e-cigarette produit de la vapeur en chauffant l’e-liquide contenu dans son réservoir. Rappelons que cette vapeur, contrairement à la fumée de la combustion du tabac, épargne à l’utilisateur (vapoteur) certaines substances cancérigènes et toxiques qui résultent de la combustion du tabac, comme notamment le monoxyde de carbone, la molécule à l’origine des maladies cardiovasculaires, ou encore le goudron.

A lire aussi : Métier de la santé : ostéopathe. En quoi consiste l’ostéopathie ?

Comment bien choisir sa cigarette électronique ?

Pour qu’il puisse aboutir, le sevrage tabagique exige une stratégie s’attaque. Pour mettre toutes les chances de votre côté, les experts recommandent de prendre votre temps pour essayer plusieurs cigarettes électroniques avant d’arrêter votre choix pour limiter les risques de rechute. En effet, la « panne d’e-cigarette » est l’un des motifs les plus courants de reprise du tabac lors des premières semaines de sevrage tabagique. Concrètement, quels sont les critères à prendre en compte pour choisir une e-cigarette adaptée ? Commençons par la cartouche, ou le réservoir de stockage d’e-liquide. Idéalement, procurez-vous en plusieurs pour ne pas vous retrouver à court quand l’envie de fumer se fait pressante.

Ensuite, pensez à évaluer la batterie rechargeable, qui transmet le courant pour chauffer la résistance. La règle ici est assez simple : plus la batterie est puissante, plus elle chauffe la résistance et plus la cigarette électronique dégage de vapeur. Ce facteur a son importance, particulièrement si vous êtes un fumeur « expérimenté ». N’oubliez pas non plus l’autonomie de la batterie. Si vous êtes souvent en déplacement ou si vous n’avez pas forcément une source d’électricité à proximité, optez pour une batterie ayant une autonomie d’une journée.

A lire en complément : La vaccination en France : les médecins sous pression

Qu’en est-il de l’e-liquide ? Celui-ci contient essentiellement du propylène glycol, du glycérol et de la nicotine (en option), en plus des arômes. Ces derniers en définissent le goût, et donc l’expérience de vapotage. Au début, on conseille un e-liquide arôme tabac, surtout pour les gros fumeurs. De cette manière, la transition du tabac se fera de manière plus douce. Mais rien ne vous empêche cependant de choisir l’arôme qui vous plaît parmi la large sélection de saveurs disponibles. C’est d’ailleurs l’une des clés de la réussite du sevrage tabagique. Attention toutefois à acheter exclusivement des produits certifiés par les autorités françaises, indiquant clairement le dosage en nicotine et le numéro de lot.

Quel dosage en nicotine choisir ?

Il est très important de connaître vos besoins en nicotine pour choisir le bon e-liquide. Le risque est de sous-doser ou de surdoser la nicotine. Dans le premier cas, la cigarette électronique ne vous sera pas d’une grande aide puisque vous n’aurez pas votre dosage habituel de nicotine. Dans le second, l’expérience de vapotage sera désagréable, et va causer des maux de tête, voire exacerber la dépendance. En France, on trouve des e-liquides à différents dosages en nicotine (6, 8, 10 mg…), la limite européenne étant de 20 mg/ml. Pour faire simple, les tabacologues conseillent de commencer au dosage maximal puis de baisser progressivement.

Quid des autres substituts nicotiniques ?

Si vous êtes un gros fumeur, n’hésitez pas à associer l’usage de la cigarette électronique à des patchs. Bien qu’on en parle comme substitut nicotinique, il faut savoir que l’e-cigarette n’en est pas un… du moins pas officiellement. En effet, le Haut Conseil de la santé publique la considère comme une aide au sevrage tabagique, et non comme un substitut nicotinique comme les gommes ou les patchs. C’est d’ailleurs pour cela que l’e-cigarette n’est pas prise en charge par la sécurité sociale.

Afficher
Cacher