Comment fonctionne une station d’épuration ?

C’est une question à laquelle beaucoup de gens n’accordent pas tellement d’importance. Ce qui les intéresse, c’est de pouvoir obtenir une eau de qualité pour leurs besoins quotidiens. Cependant, les eaux usées qui arrivent jusqu’à la station d’épuration contiennent des matières premières en suspension, des substances organiques et des matières minérales. Pour leur traitement, plusieurs procédés sont utilisés et nous allons les découvrir dans ce billet.

Lire également : Comment faire du slalom en roller ?

D’abord, quelle est l’importance d’un réseau d’assainissement ?

Vous ne le savez peut-être pas, mais une station d’épuration ne peut pas fonctionner correctement lorsqu’elle ne dispose pas d’un bon réseau d’assainissement. Il faut rappeler que le terme tout-à-l’égout, qui est employé autrefois, n’a plus lieu dans la mesure où les réseaux d’assainissement ne doivent collecter que des eaux usées sans produits nocifs pour l’environnement.

Les déchets toxiques liquides tels que l’ammoniaque, le liquide de refroidissement, les restes de peinture ou encore la soude sont nocifs pour une station d’épuration, notamment pour http://egh-hydro.com/nos-produits/. En effet, ce sont des déchets qui détruisent les bactéries épuratrices et ceci entraîne la dégradation de la qualité de l’eau.

A lire également : Avocat retraite : fonctionnement après réforme

De plus, les stations d’épuration ne sont pas conçues pour éliminer de telles substances. Autrement dit, elles vont traverser la filière de traitement et vont se retrouver dans les boues d’épuration, mais aussi dans le milieu naturel.

Quels sont les différents types de traitement dans une station d’épuration ?

Lorsque les eaux usées arrivent au niveau d’une station d’épuration, elles subissent d’abord un prétraitement. Cette étape consiste à enlever tous les déchets solides de même que les graisses et le sable. Cette étape de prétraitement prend en compte plusieurs phases de filtration.

Vient ensuite l’étape du traitement primaire qui a pour objectif de séparer par décantation les matières solides des matières liquides.

Pour le traitement biologique, il vient en complément à ces deux premières étapes successives et il ne reste plus que la pollution dissoute à traiter. Le principe est de mettre en contact les micro-organismes présents dans les eaux usées avec la pollution. Pour se faire, on alterne les zones aérées et non aérées, permettant ainsi de traiter la pollution carbonée. À la fin du processus, les micro-organismes tombent au fond des bassins et sont récupérés sous forme de boue par le procédé de la décantation. À noter qu’avant de rejoindre le milieu naturel, les eaux passent entre 22 et 24 h au niveau de la station d’épuration afin d’être dépolluées.

à voir