Comment devenir sophrologue ?

La sophrologie est un domaine passionnant utile pour l’humain sur différents plans. Si vous êtes intéressé par cette profession, il faut savoir qu’il y a différents impératifs à suivre. Cela vous permettra d’avoir la liberté d’exercer votre passion dans divers centres de santé et autres.

Faut-il une formation ou un diplôme pour devenir sophrologue ?

Une formation sophrologie n’est pas indispensable pour exercer le métier de sophrologue. Ceci à cause du simple fait que cette profession n’est pas encore réglementée par l’État.

A voir aussi : E-commerce et performance : optimiser ses espaces de stockage

Donc pour l’instant, aucune loi n’impose un cursus scolaire particulier ou des diplômes précis pour être sophrologue. Toutefois, à l’instar des autres professions, il est nécessaire de suivre une formation. Cela est nécessaire pour apprendre le métier de sophrologue et maitriser toutes ses subtilités.

Cette étape est incontournable pour ceux qui souhaitent acquérir les compétences et la posture professionnelles. C’est seulement en pratiquant à côté de professionnels que vous aurez les rudiments nécessaires pour exercer ce métier.

A voir aussi : Une volonté d’aller plus loin avec les marchés publics simplifiés

Pour devenir sophrologue, il est également nécessaire d’avoir des compétences théoriques. Là encore, il est indispensable de suivre un cursus académique. Toutes ces notions pratiques et théoriques seront uniquement acquises en suivant des cours en présentiel donnés par des formateurs qualifiés.

De cette façon, vous aurez la légitimité nécessaire pour exercer votre profession et la confiance pour mettre votre savoir-faire en pratique.

Quelles sont les études pour devenir sophrologue ?

Les instituts de formation en sophrologie n’exigent pas de diplômes particuliers avant d’accueillir leurs étudiants. Toutefois, il est fortement recommandé d’avoir au moins un bac +2.

D’un autre côté, la formation initiale de sophrologue vous permettra d’avoir toutes les compétences théoriques et pratiques nécessaires. À la fin de ce cursus, vous serez en mesure d’exercer à votre propre compte, dans le secteur privé ou public.

Le sophrologue est utile dans les centres de soins, les clubs sportifs, les centres de soins, les entreprises et bien d’autres. Pour être à même d’exercer dans ces structures, il faut suivre une formation complète de 304 heures.

En fonction du parcours choisi et de votre disponibilité, vous pourrez finir ce cursus en 6, 12 ou 24 mois. À la fin de ce parcours vous aurez une Certification Professionnelle de Sophrologue, titre niveau III en France et 5 en Europe enregistrée au RNCP.

Comment devenir sophrologue reconnu par l’État ?

Pour l’instant, l’État ne reconnaît pas encore officiellement le métier de sophrologue. La seule chose reconnue par les autorités françaises demeure le niveau de qualification de la certification obtenue par le professionnel de ce domaine.

Selon la Chambre Syndicale de la Sophrologie : « Le titre RNCP est la seule distinction officielle du métier de sophrologue en France aujourd’hui (titre niveau III). »

Concrètement, cela signifie que jusqu’à ce jour, c’est le seul diplôme disponible pour exercer en sophrologie. Puisque l’État ne reconnaît pas encore le métier, il n’existe pas pour l’heure un master de sophrologue encore moins un diplôme de sophrologie reconnue par les autorités françaises.

Cependant, il convient de préciser que le titre de sophrologue de niveau 3 est inscrit au RNCP (Répertoire National de la Certification Professionnelle). Cet organisme est sous la tutelle du Ministère du Travail.

Même si les autorités ne reconnaissent pas le diplôme de sophrologue, le parchemin est inscrit dans un organisme sous tutelle d’un ministère d’État. Avant de suivre une formation en sophrologie, vous devez vous assurer que l’institut donne le titre RNCP de niveau III.

à voir