Business

Comment fonctionne l’affacturage et quelles sont ses différentes versions ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

L’affacturage est classé parmi les nombreux financements de créances proposés aux entreprises. Il s’agit en réalité d’un moyen qui leur permet de toucher de manière anticipée le montant de leurs avoirs. Zoom sur ce mode de financement court terme !

Définition et fonctionnement de l’affacturage

La définition de l’affacturage renvoie à un type de financement du cycle d’exploitation d’une structure. La finalité de cette solution est d’aider ladite entreprise à entrer en possession de ses créances client le plus rapidement possible sans pour autant attendre les échéances. Les fonds reçus ne serviront pas directement au financement des investissements, mais pourront y contribuer à moyen ou à long terme.

Lire également : Mettre en place une stratégie digitale efficace et rentable

Le fonctionnement de l’affacturage est le suivant : l’entreprise cède ses avoirs sous forme de facture à un établissement financier ou bancaire. En retour, celui-ci lui paie le montant correspondant aux factures et s’occupe de relances et des recouvrements.

Les deux parties s’entendent en signant un contrat d’affacturage dans lequel il est détaillé le montant des créances qui pourrait être cédé. Ce contrat est à durée indéterminée. Autrement dit, l’entreprise peut se rétracter à tout moment.

A lire en complément : Quel est le fonctionnement d'un espace de coworking ?

Les versions de l’affacturage et ses avantages pour l’entreprise

Il existe une multitude de versions d’affacturage. Selon le site spécialisé en finances https://www.bibbyfactor.fr, chacune d’elles possède ses caractéristiques propres. C’est ainsi qu’on distingue :

  • l’affacturage standard ;
  • l’affacturage notifié non géré ;
  • l’affacturage non notifié ;
  • l’affacturage inversé ;
  • l’affacturage ponctuel ;
  • l’affacturage import et export.

En choisissant de passer par ce mode de financement, l’entreprise améliore sa trésorerie. En effet, elle n’est plus obligée d’attendre les dates prévues pour percevoir le montant de ses créances client.

Elle n’a plus à relancer régulièrement ses clients pour le recouvrement des fonds ; elle les reçoit immédiatement. Aussi, les charges administratives qui pèsent normalement sur elle ne peuvent que baisser.

Une autre notion intervenant régulièrement dans la technique de l’affacturage est le fonds de garantie. Plus précisément, le factor ne s’occupe pas des risques d’impayés.

En optant pour un affacturage, l’impact des impayés sur la caisse de l’entreprise est complètement lissé. Il lui est néanmoins transféré le point de ce qui lui sera prélevé à partir de son fonds de garantie. Il lui incombera ensuite de réalimenter ce dernier pour atteindre une fois encore le seuil exigé dans le contrat.

La cible de l’affacturage et ses inconvénients

Toutes les entreprises, peu importe leur taille et leur secteur d’activité, sont concernées par l’affacturage. Il s’agit en l’occurrence des micro-entrepreneurs, des commerçants, des artisans, etc.

Soulignons que l’affacturage ne présente pas que des avantages pour l’entreprise qui l’adopte. On note en effet quelques limites. Son exécution nécessite dans la majorité des cas un budget conséquent. Autre bémol, quand il n’est pas bien suivi, la relation entre client et entreprise pourrait rapidement être atteinte.

En réalité, les clients se sentent souvent mis à l’écart lorsqu’ils constatent que désormais, ils sont rattachés à un factor plutôt qu’à leur fournisseur. Sans compter que le factor ne fera pas autant attention aux formes dans les échanges, car il sera plus rigoureux. 

Afficher
Cacher