Mode

Quels sont les métiers du luxe ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Bien que la saison commerciale ait débuté tôt cette année, nous considérons généralement le 1er juillet comme le coup d’envoi non officiel de la rencontre d’échange de joueurs. Les rumeurs commerciales tourbillonneront pour le mois prochain. Peu importe qui les Cubs peuvent cibler dans le commerce, ils essaieront d’éviter d’aller au-delà du plafond de la taxe de luxe. Cela fournit une limite supérieure sur la valeur annuelle moyenne (AAV) des joueurs que les Cubs chercheront à acquérir.

À ce jour, cette limite est de 23 millions de dollars. Toutefois, d’ici la date limite du commerce, elle passera à 32,7 millions de dollars.

A lire également : Quel salaire et combien gagne un Evelyne Dheliate ?

La taxe de luxe, techniquement appelée taxe sur l’équilibre concurrentiel (CBT), impose des pénalités pécuniaires en cas de dépassement d’une limite spécifique de la masse salariale. Au jour de l’ouverture, les Cubs étaient inférieurs de 11,3 millions de dollars au plafond de 197 millions de dollars cette année. Pourtant, les Cubs ne sont pas limités aux joueurs qui font 11 millions de dollars ou moins. Au contraire, deux facteurs affectent combien de salaire les Cubs peuvent absorber sans dépasser le plafond de luxe : 1) l’AAV du salaire et 2) le nombre de parties restantes dans la saison à compter de la date d’échange.

Aux fins de l’impôt de luxe, seul l’AAV du salaire d’un joueur compte dans la limite du plafond, et non le montant réel dû au cours de cette saison spécifique. Par exemple, les Cubs ont signé Drew Smyly à un contrat de deux ans cette intersaison. Il reçoit 3 millions de dollars en 2018 et 7 millions de dollars en 2019, donc son AAV est de 5 millions de dollars par année. Ainsi, Smyly coûte 5 millions de dollars aux Cubs pour le total de la taxe de luxe pour 2018 et 2019, malgré le fait qu’il est payé différents montants chaque saison. Il en va de même pour tous les joueurs acquis par le biais du commerce.

A lire également : Comment être un journaliste sportif ?

En outre, le succès fiscal de luxe diminue au fur et à mesure que la saison progresse parce que les joueurs sont payés par match. Lors du calcul de la taxe de luxe d’un joueur échangé, l’AAV est divisé par la fraction des parties jouées pour chacune des deux équipes. En date de ce matin, le 2 juillet, les Cubs ont joué 82 matchs, soit un match sur la moitié des 162 matchs de la saison. Ainsi, une nuance inférieure à 50 pour cent de l’AAV d’un joueur échangé serait ajoutée au total de la casquette des Cubs en 2018 (le reste serait à la charge de l’équipe originale).

Concrètement, la marge de plafonnement de 11,3 millions de dollars peut donc aider les joueurs qui gagnent 23 millions de dollars ou moins en salaire combiné. Chaque match, la fraction du salaire du joueur que les Cubs absorberaient continue de tomber, ce qui donne beaucoup plus de place pour les Cubs sous la casquette de luxe. À la date limite du commerce, les Cubs pourront absorber jusqu’à 32,7 millions de dollars de salaire supplémentaire sans dépasser la limite.

Alors que vous rêvez de potentiels métiers Cub , gardez ces valeurs à l’esprit.

En parlant de métiers, c’est exactement ce que les Cubs de Daydream aimeraient faire…

Bonus — Daydream Cubs : 1989

Dans un univers parallèle où Moshe a été transporté comme GM des Cubs 1981, nous rejoignons les Daydream Cubs. Cliquez ici pour 1988, ou consultez tous les brouillons et les listes à ce jour .

Comme vous vous souviendrez peut-être, la règle 4 de mon petit fantasme interdit les métiers. Mais si les échanges étaient autorisés, les Cubs de Daydream ciblent Robin Ventura en 89. Ventura a été rédigé lors du premier tour en 1988 (et n’était donc pas disponible en vertu de la règle 7). Bien que Terry Pendleton ait encore trois bonnes saisons en lui, Ventura serait le remplaçant parfait à long terme à la troisième base.

Les Daydream Cubs ont de sérieuses perspectives d’offrir les White Sox pour Ventura sous la forme de Mark Grace, Albert Belle et Marquis Grissom. Comme c’est le cas, les Cubs de Daydream de 1989 restent un juggernaut.

L’ équipe fait ses adieux à Frank Viola (notre tout premier choix de repêchage) et le remplace par Randy Johnson. Le transfert de la liste est nécessaire pour garder la paie sous la masse salariale réelle des Cubs. La rotation a maintenant trois futurs hall des célébrations. Pourtant, c’est Brett Saberhagen non-membre du Hall qui brille au-dessus de tous les autres cette saison. Kenny Rogers, qui se joindra à la rotation dans les années à venir, débute sur le banc.

1989 Draft : (#) Ronde de sélection réelle du joueur, AS= All-Star ; HoF = Hall of Famer ; GG = Gant d’or

  • Tour 1 : John Olerud (3) — 1B : AS (x2), GG (x3)
  • Tour 2 : Tim Salmon (3) — RF : Roy
  • Tour 3 : Jeff Bagwell (4) — 1B : HoF
  • Manche 4 : Trevor Hoffman (11) — RP : HoF
  • Manche 5 : Jim Thome (13) — 1B : HoF
  • Tour 6 : Mark Grudzielanek (17) — SS : AS (x1), GG (x1)
  • Tour 7 : Jeff Kent (20) — 2B : AS (x5), MVP (x1)

1989 est une ébauche absurdement profonde, fournissant six futurs débutants. Trois, comptez eux, trois Hall of Famers sont disponibles dans les tours ultérieurs. 1989 fournit également un ensemble rare de joueurs de terrain du milieu, dont les Cubs Daydream ont désespérément besoin.

Afficher
Cacher