Paralysie du sommeil : causes et traitements

Se réveiller en pleine nuit dans un état étrange, sans être capable d’effectuer le moindre geste et mouvement en plus de ne pouvoir émettre un son, c’est une sensation plus que terrifiante. Ce phénomène étrange est appelé « paralysie du sommeil ». Nous avons tous été sujet à ce trouble au moins une fois dans notre vie, mais même plus fréquent qu’on ne le pense, ce n’est pas dangereux. En effet, ce phénomène peut être combattu par quelques gestes assez simples.

La paralysie du sommeil : comment cela se présente généralement ?

La paralysie du sommeil est une pathologie bien plus que fréquente, qui fait partie de la catégorie de la « Parasomnie ». Ce phénomène est notifié comme étant un trouble du sommeil bénin, mais qui peut être une expérience assez troublante pour les personnes qui l’ont vécu. Dans certains cas, il peut même être accompagné d’hallucinations. A ce moment-là, la plupart des gens ont tendance à l’associer à une force surnaturelle qui agit sur leur corps à cause de la difficulté de la respiration, la sensation d’étouffement, l’impression de voir de l’ombre ou démon etc…

A lire en complément : Laboratoire : mode d’emploi

Durant l’endormissement, ou du moins l’état de demi-sommeil, une personne souffrant de paralysie du sommeil va se retrouver comme piégée entre le rêve et la réalité, dans un « état de rêve éveillé ». Elle se manifeste lors du sommeil paradoxal. La personne se sent alors entièrement consciente, mais n’arrive ni à parler ni à bouger le moindre membre voire-même avec l’impossibilité d’émettre un son ni prononcer un mot.

Cet état de paralysie du sommeil peut être d’une durée variable, allant de quelques secondes à plusieurs minutes de calvaire. Le manque de sommeil ou un sommeil de qualité médiocre peut aussi favoriser ce phénomène, tout comme un haut degré de stress ou un événement traumatique. Fort heureusement, ce trouble est loin d’être dangereux pour la santé, mais peut par contre être source d’angoisse et d’anxiété.

A lire également : Bien entretenir ses lentilles de contact.

Quels sont les principaux symptômes de la paralysie du sommeil ?

On peut distinguer deux (2) principaux symptômes de la paralysie du sommeil, à savoir l’impossibilité de bouger et des épisodes hallucinatoires. Bien qu’elle reste consciente, la personne ne sera capable de ne bouger aucun muscle de son corps. Seuls les muscles respiratoires et oculaires pourront répondre : on assiste là à une atonie musculaire complète. Des réveils nocturnes répétés dû à ce phénomène peuvent nuire à votre qualité de sommeil et pourront engendrer une fatigue chronique dans la journée.

Dans la plupart des cas d’hallucination, une personne atteinte de paralysie du sommeil aura l’impression de ressentir une présence hostile dans sa chambre à coucher ou bien une impression qu’un poids sera posé sur sa poitrine l’empêchant de se redresser. Des hallucinations auditives sont également possibles (entendre des bruits de pas), visuelles, avec la perception de formes ou d’ombre.

Quelles sont les solutions pour traiter la paralysie du sommeil ?

La paralysie du sommeil, étant un trouble bénin et le plus souvent ponctuel, il n’existe donc pas de traitement particulier pour s’en débarrasser. Toutefois, le meilleur moyen d’éviter un autre épisode ou une autre expérience de paralysie du sommeil est de prendre soin de votre sommeil et d’apprendre à gérer les stress et les anxiétés.

Aussi, en cas de paralysie du sommeil, il ne faut pas paniquer en cherchant à tout prix à vous réveiller. Il vaut mieux essayer de se laisser porter par la situation en pensant à des choses agréables et apaisantes. Le but ici est de tenter de se rendormir, ou du moins retrouver le calme en réduisant davantage le stress et l’angoisse.

A noter par contre que, si les paralysies du sommeil se font trop fréquentes au point de devenir handicapantes au quotidien à cause de la fatigue engendrée le lendemain, mieux vaut consulter un médecin sans tarder. Ce dernier pourra vous prescrire un traitement antidépresseur tricyclique ou d’oxalate de sodium.

à voir