Entreprise

Maison Bronzini se lance dans l’oléo-cosmétique

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

La Maison Bronzini, après avoir lancé sa production d’huile d’olive, entend désormais entrer dans le domaine du cosmétique. Aujourd’hui, ses produits sont commercialisés dans plusieurs pharmacies du Grand Sud. D’ici 2018, la marque vise une distribution à l’échelle nationale. Environ 9 ans après le rachat du Moulin à huile de la Chartreuse, l’un des anciens de la Provence, la Maison Bronzini se diversifie en visant un peu plus le marché du cosmétique. Aujourd’hui, la holding détenue majoritairement par Philipe Bronzini exploitait jusqu’à présent le lieu avec le moulin à huile.

Du 100% made in France

Avec ce nouveau projet, l’entreprise entend franchir un nouveau cap. Elle va lancer une première gamme oléo-cosmétiques de soins anti-âge naturels au zfu marseille. Pour cela, la marque mise sur les vertus de l’olivier, une plante très riche en molécules actives et en oligo-éléments. D’ailleurs, dès 2014, on s’est tous demandé pourquoi aucun fabricant en cosmétiques ne s’était vraiment penché sur les bienfaits des différentes parties de l’olivier (feuilles, fleurs et fruits). Après deux ans de recherche, la maison a réussi à élaborer un actif unique (le Phenoliv Complex), premier activateur oléo-vectorisé d’énergie cellulaire.

Il s’agit d’un actif qui est obtenu à partir d’un procédé breveté d’oléo-eco-extraction. Celui-ci permet d’extraire, grâce à des procédés écologiques, la quintessence de la plante. Pour cela, la maison utilise l’huile d’olive comme solvant. L’objectif, c’était sans doute de rester dans du 100% naturel en utilisant le plus possible les feuilles, les fruits et les fleurs de l’olivier mis au point par la société Oléos.

Sur le marché national en 2018

Au total, c’est plus de 1.5 million d’euros qui ont été investis dans ce projet qui va constituer 11 gammes de produits (soins de visage et du corps, crème, fluide, etc.). Mis au point à Marseille et Montpellier et fabriqués dans un laboratoire de la région parisienne, ces produits seront destinés à la distribution dans les pharmacies, parapharmacies et au zfu Marseille. Aujourd’hui, la marque est déjà présente dans 45 pharmacies dans le sud de la France (entre Toulouse et Monaco). D’ici la fin de l’année 2018, la marque vise environ 150 points de vente et surtout de se faire un nom dans le domaine du cosmétique. D’ailleurs, durant cet automne, la société entend faire une nouvelle levée de fonds afin de financer le développement de son projet et surtout porter son capital à 1.5 million d’euros d’ici la fin de l’année 2018.

Afficher
Cacher