Les droits et les responsabilités des nouveaux conducteurs

Les nouveaux conducteurs sont des personnes soumises à des règles de circulation spécifiques. Cependant, ils peuvent obtenir plusieurs avantages liés à leur statut particulier. Mis à part cela, les novices doivent se soumettre à différentes obligations. Le but est de prévenir les risques d’accident liés à une mauvaise conduite. Il existe également des règles supplémentaires à suivre en cas d’infraction durant la période probatoire. Voici les droits et obligations des nouveaux conducteurs.

Quels sont les privilèges accordés aux conducteurs novices ?

Les conducteurs qui viennent juste de passer leur permis de conduire sur ce site bénéficient de plusieurs privilèges non octroyés aux automobilistes aguerris. Ils peuvent, par exemple, opter pour des contrats d’assurance plus avantageux. De plus, un novice peut utiliser le véhicule de son choix.

A découvrir également : animesaturn : jeux, vidéos, concurrents et alternatives

Des contrats d’assurance bénéfiques

Les nouveaux conducteurs, notamment les plus jeunes, éprouvent parfois des difficultés à assurer leurs véhicules. En effet, les compagnies d’assurances proposent des tarifs plus élevés aux automobilistes novices. Toutefois, il existe des solutions simples pour obtenir un contrat très avantageux. En tant que jeune conducteur, vous pouvez souscrire chez les assureurs de vos parents. Vous avez la possibilité d’obtenir des taux de réduction allant jusqu’à 25 % sur votre prime d’assurance.

De plus, certains assureurs peuvent même vous dispenser de la surprime jeune permis. Par ailleurs, vous pouvez également obtenir un bonus-malus chez votre assureur. Ceux-ci vous permettent d’obtenir des réductions sur le prix à payer pour votre assurance. Ce type de rabais s’effectue généralement après 3 ans de conduite.

A lire également : Une 1ère au Japon: le premier couple gay adopte légalement!

La possibilité de conduire une voiture au choix

Aucune loi ne vous interdit de conduire la voiture de vos rêves. Vous pouvez choisir un véhicule avec boîte automatique pour faciliter votre expérience de conduite et faire des économies. En effet, l’utilisation de ce type d’automobile nécessite un permis BVA, dont l’examen est moins onéreux à passer. Aussi, lorsque vous bénéficiez de la conduite accompagnée, 3 points supplémentaires s’ajoutent à votre permis. Cela vous permet de maintenir votre statut de jeune conducteur sur deux années au lieu de trois.

Quelles sont les règles à respecter ?

La loi impose aux nouveaux conducteurs des règles strictes afin de réduire les risques d’accident. En tant que novice, vous devez respecter des conditions de circulation spécifiques. Vous avez également l’obligation de suivre certaines règles sanitaires.

Le disque A et le respect de la vitesse

Pour conduire en toute sécurité, vous devez impérativement apposer un disque A sur votre véhicule. Il s’agit d’un autocollant qui signale aux autres automobilistes que vous êtes un conducteur peu expérimenté. La lettre A signifie « Apprenti ». Il est recommandé de poser la vignette autocollante à l’arrière et sur le côté gauche de la carrosserie. Gardez en tête que votre disque A doit être homologué. Vous ne devez donc pas le faire à la main. Pour s’en procurer, il est préférable de visiter les grandes surfaces.

Tout jeune automobiliste doit également respecter des limitations de vitesse. En agglomération, la limite autorisée est de 50 km par heure maximum, quelles que soient les conditions météorologiques. Hors agglomération, la vitesse à respecter passe à 80 km/h tandis que sur une autoroute, vous pouvez aller à 110 km/h. Pour demeurer dans les normes, pensez à bien maîtriser votre boîtier de vitesse, surtout s’il s’agit d’une boîte manuelle.

Le suivi des règles sanitaires

La loi interdit aux conducteurs novices de dépasser les 0,2 g d’alcool par litre de sang. De ce fait, il leur est interdit de conduire après un verre d’alcool. Par ailleurs, des visites médicales régulières s’imposent aux novices qui doivent attester d’un bon état de santé. Le délai imputé est de 5 ans maximum.

Comment réussir la période probatoire ?

Durant la période probatoire, il est important de bien respecter le Code de la route. En effet, toute infraction impacte négativement votre permis de conduire. La sanction encourue est un retrait de points allant de 1 à 6 selon l’infraction. Cela peut notamment entraîner la perte de votre permis. La perte de 3 à 5 points entraîne un stage obligatoire sur la sensibilisation à la sécurité routière. Celui-ci remplace alors la sanction liée à une infraction.

Le retrait des 6 points conduit généralement à une invalidation pure et simple du permis. Dans ce genre de cas, vous devez le restituer après réception du formulaire 48SI envoyé par la préfecture. De plus, vous n’êtes pas autorisé à conduire durant un délai de 6 mois. Pour obtenir à nouveau le statut de conducteur, vous devez passer un nouvel examen de conduite ainsi qu’une visite médicale. Dans le meilleur des cas, la loi vous oblige à suivre un stage de conduite obligatoire.

à voir