Santé

Mieux comprendre la contre-visite médicale patronale

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Pour réduire le taux d’absentéisme dans une entreprise, les employeurs peuvent avoir recours à la contre-visite médicale. Lorsqu’un salarié est absent pour cause d’accident ou de maladie, il peut toujours disposer de l’intégralité de son salaire. De son côté, l’employeur peut avoir recours à une contre visite médicale.

En quoi consiste ce type de visite ?

Quand un salarié est victime d’un accident ou d’une maladie, un médecin mandaté par l’employeur peut être envoyé chez lui. Le rôle de ce dernier est de vérifier la véracité de l’arrêt de travail de l’employé, si ce dernier est bel et bien incapable de travailler. Ce médecin doit se rendre à l’adresse officielle du travailleur, ou à l’adresse qui a été mentionnée sur son avis d’arrêt de travail.
Le médecin envoyé par l’employeur ne doit pas prévenir l’employé de sa venue. Le contrôle médical patronal doit se faire à l’improviste. De son côté, le travailleur a le droit de se conformer au contrôle. Ce dernier est également dans l’obligation d’informer son employeur du lieu où doit se dérouler la contre-visite médicale.

Que se passe-t-il si le travailleur n’informe pas l’employeur sur le lieu du déroulement de la visite ?

Lorsque le salarié n’a pas informé son employeur lors de la contre-visite médicale, et qu’il est absent lors de la contre-visite médicale, l’employeur peut alors procéder à une suspension du versement du complément employeur. Le salarié a le droit de respecter certains horaires pendant lesquels il doit être à son domicile.
Durant toute la période de l’arrêt maladie, il doit rester chez lui de 9 h à 11 h, et de 14 h à 16 h. C’est pendant ces moments que les contre-visites surprises peuvent être effectuées. Le salarié peut disposer de « sorties libres » recommandées par le médecin. Dans ce cas, l’employeur doit d’abord fixer un rendez-vous avec le salarié pour s’entendre sur la date et l’heure du contrôle à domicile que doit réaliser le médecin qui a été envoyé.

Le versement ou non des indemnités complémentaires de maladie

Lorsque le médecin envoyé par l’employeur trouve l’employé dans sa maison, et que les examens réalisés prouvent qu’il est bel et bien malade, les indemnités complémentaires de maladie peuvent lui être envoyées jusqu’à la fin de l’arrêt de travail en cours. Si le travailleur est absent de son domicile, ou refuse de se plier à l’examen médical, l’employeur a le droit d’arrêter le versement des indemnités.
D’autres situations peuvent se présenter entre le travailleur et l’employeur en ce qui concerne les indemnités complémentaires de maladie.

Afficher
Cacher