Corsica Ferries : des cadres vont racheter la compagnie

Récemment, les principaux cadres de la compagnie maritime Corsica Ferries vont racheter la compagnie aux actionnaires actuels, en l’occurrence la famille Lota. Selon le président du directoire Pierre Mattei, dans un communiqué sur twitter, c’est une grande ambition qui en phase d’être réalisé par les cadres de Corsica Ferries.

A lire également : Contrôle des heures de travail par géolocalisation

Une longue période de réflexion

C’est après un bon moment de réflexion que les actionnaires du groupe Corsica Ferries ont décidé de se désengager des affaires sociales. Ce qui représente une opportunité pour les cadres de l’entreprise de reprendre des parts et de prendre ainsi le contrôle du groupe. Il faut dire que la proposition était en attente depuis 1997. Les cadres ont toujours eu la volonté de prendre plus de parts au niveau de l’entreprise. Une chose qui est en phase d’être réalisée.

Jusqu’à récemment, Corsica Ferries était détenu par une holding familiale de droit suisse, propriété de 4 enfants du fondateur Pascal Lota. La reprise du groupe , à travers le droit des cadres, entend se faire dans la continuité et son siège social va rester à Bastia.

Lire également : Comment servir un verre de vin ?

Une volonté d’aller plus loin

À travers cette reprise, les cadres de Corsica Ferries ont pour but de perpétuer l’œuvre du président Lota et de sa famille, mais aussi de garantir l’indépendance et le périmètre actuel de la compagnie. Les cadres ont surtout pour ambition de continuer de cultiver ce qui a contribué au succès de Corsica Ferries. Aujourd’hui, la compagnie aux couleurs bleue et jaune dispose de 17 lignes vers la Corse, la Sardaigne et l’ile d’Elbe. Annuellement, cette compagnie transporte pas moins de 3.5 millions de personnes au départ de Toulon et Nice en France et Gênes et Livourne en Italie. Elle exploite aussi une dizaine de navires.

Un chiffre d’affaires de 225 millions d’euros

Selon les résultats du dernier exercice de Corcisa Ferries, la compagnie aurait réalisé un chiffre d’affaires de 225 millions d’euros. Le registre du commerce précise, quant à lui, un résultat net de 49.3 millions d’euros. En ce moment, la société emploie plus de 900 salariés, dont 700 navigants. De plus, elle recrute environ 1700 personnes en saison. Ce qui n’empêche pas qu’elle soit régulièrement pointée du doigt par la concurrence comme étant une compagnie qui pratique le dumping social. En effet, le fait que ses bateaux ne soient pas sous pavillon français lui permet de ne pas appliquer les conditions de travail en vigueur en France.

à voir