Famille

Pourquoi obéir à la bonne dissertation ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

En Europe, une femme était près de la mort d’une très mauvaise maladie, un type particulier de cancer. Il y avait un médicament que les médecins pensaient pouvoir la sauver. C’était une forme de radium qu’un pharmacien de la même ville avait récemment découvert. La drogue était coûteuse à fabriquer, mais le pharmacien facturait dix fois plus que le médicament lui coûtait de fabriquer. Il a payé 200$ pour le radium et a facturé 2000$ pour une petite dose du médicament. Le mari de la femme malade Heinz est allé à tous ceux qu’il connaissait pour emprunter l’argent, mais il ne pouvait se réunir qu’environ 1000$, soit la moitié de ce que cela coûtait. Il a dit au pharmacien que sa femme mourait et lui demanda de le vendre moins cher ou de le laisser payer plus tard. Mais le pharmacien a dit : « Non, j’ai découvert la drogue et je vais en faire de l’argent. » Heinz s’est désespéré et a fait irruption dans le magasin de l’homme pour voler la drogue pour sa femme. Le mari aurait dû faire ça ? Était-ce juste ou mal ?

A lire aussi : Pourquoi on s'ennuie en classe ?

Cette fameuse question était la base d’une théorie Lawrence Kohlberg s’est développé pour tester les étapes du développement moral. Ces étapes sont décrites dans son livre, Essays on Moral Development : The Philosophy of Moral Development (1981), et je les résume brièvement ci-dessous. (Vous pouvez également trouver la théorie de Kohlberg du développement moral de nombreux endroits sur Internet). Selon la façon dont une personne a répondu à ce soi-disant « dilemme Heinz », vous pouvez cartographier son stade de développement moral.

Au niveau de développement moral le plus bas, une personne est motivée à (1) obéir aux règles pour éviter la punition, ou (2) à se conformer pour obtenir des récompenses ou faire retourner des faveurs. La puissance et la réciprocité définissent les paramètres de la bonne action.

A lire en complément : À quelle heure coucher un enfant ?

Au niveau moyen du développement moral, une personne est motivée à (3) se conformer pour éviter la désapprobation et la déception de la part des autres, et (4) à se conformer pour éviter la censure de la part des autorités légitimes. Le bon comportement est ce qui plaît ou aide les autres et qui est approuvé par eux. Les personnes cherchent à se conformer aux images stéréotypées ce qui est un comportement majoritaire ou « naturel ».

Au plus haut niveau de développement moral, une personne (5) se conforme à maintenir le respect du spectateur impartial qui juge en termes de bien-être communautaire, et (6) à éviter l’autocondamnation. Dans la cinquième catégorie, l’action juste est un contrat social, et les personnes définissent leur comportement en fonction de normes qui ont été examinées de manière critique et acceptées par toute la société. Dans la sixième catégorie, la bonne action est définie par des principes choisis par eux-mêmes qui font appel à l’exhaustivité logique, à l’universalité et à la cohérence.

En un mot, c’est la théorie de Kohlberg. Qu’est-ce que cela a à voir avec le droit international ? Je ne connais aucune tentative scientifique visant à appliquer ces étapes de développement moral à la question de savoir pourquoi les nations obéissent au droit international. Mais je pense qu’il serait tout à fait intéressant d’examiner la théorie de Kohlberg comme elle pourrait s’appliquer à la question de la conformité au droit international.

Dans le récent livre avec Andrew Guzman, sa théorie du choix rationnel s’est concentrée sur les trois R du respect du droit international : représailles, réciprocité et réputation. (Remarquez les similitudes avec les premiers stades de la théorie du développement moral de Kohlberg.) Guzman a également admis au cours de la discussion du livre que, du point de vue du choix rationnel, les traités relatifs aux droits de la personne sont troublants parce qu’ « il est très difficile de comprendre exactement ce que les signataires pensent recevoir ». Ce commentaire m’a vraiment coincé dans l’esprit et j’y réfléchis depuis.

Je ne prétends pas avoir de réponse, mais peut-être en se concentrant sur les étapes de développement moral de Kohlberg pourrait commencer à aider à résoudre la question de savoir ce que les nations pensent obtenir lorsqu’elles respectent leurs obligations en matière de droits de l’homme. Si nous nous concentrons uniquement sur la punition, la réciprocité et la réputation, alors nous manquerons peut-être une partie importante du tableau des raisons pour lesquelles les nations obéissent à certaines lois internationales. Être a continué.

Afficher
Cacher